Édito - Les Festes d'Orphée

Aller au contenu

Édito

2018 sera l’année de la fin de notre activité.
Après 31 saisons consacrées (principalement mais sans exclusive) à la renaissance du patrimoine musical de la Provence historique, le rideau va tomber sur cette oeuvre originale, nécessaire à l’identité culturelle de notre région, et dont nous sommes les principaux opérateurs.
Encore quelques concerts (Choeur de Dames, Ensemble Soliste), dont nous vous informons au fur et à mesure dans les chapitres « page d’accueil » et « programmation » de ce site.
Actualisées et progressivement complétées, ses différentes rubriques constituent la mémoire (très synthétisée) de notre action, que nous vous invitons à visiter.
Nous remercions tous ceux qui ont contribué (que ce soit de façon régulière ou occasionnelle) à ce parcours exceptionnel : public, relais médiatiques, partenaires privés et publics...
J’exprime une pensée amicale et reconnaissante à l’ensemble des musiciens associés à cette aventure, depuis 1986 jusqu’à ce jour :
    • membres du choeur, qui ont partagé, avec talent, générosité et ferveur, l’idéal associatif d’un militantisme culturel exigeant,
    • instrumentistes permanents, chanteurs invités (amateurs et professionnels), instrumentistes de notre orchestre baroque, partenaires experts et enthousiastes,
    • ainsi que nos salariés permanents, professionnels compétents et engagés.
Notre propos concerne les collectivités publiques qui ont en charge la sauvegarde, la valorisation et la diffusion du patrimoine de leur territoire, pour tous.
Patiemment acquis au fil des années, ce co-partenariat - indispensable, et dont nous sommes très reconnaissants - s’est progressivement délité ces dernières années (jusqu’au retrait total de certains d’entre eux), nous privant des moyens minima de remplir notre mission :
    • plus d’engagements de musiciens professionnels, incontournables pour rendre justice aux oeuvres les plus représentatives du fonds musical à redécouvrir (exemple des grands motets), au concert comme au disque,
    • plus d’emplois salariés, pour une gestion nécessairement professionnelle : organisation, communication, administration, comptabilité...
L’avenir nous dira si - d’une façon ou d’une autre - ce propos survit à notre action.
Nous espérons en tout cas qu’il perdure dans la mémoire de nos auditeurs, à l’occasion de nos très nombreux concerts et conférences, et à travers nos enregistrements, qui demeurent disponibles.
Merci à chacun d’avoir permis et justifié de mettre notre passion pour la musique au service de la renaissance du patrimoine de cette région, à destination du plus grand nombre.

Guy Laurent, fondateur et directeur des Festes d'Orphée, Avril 2018


Copyright © 2018 - Les Festes d'Orphée - Tous droits réservés
Retourner au contenu